Slovaquie

Slovaquie – de la neige et du scoutisme (partie 2)

(Once again, the English version is coming later ! Please be patient ūüôā¬†)

Apr√®s un premier article consacr√© √† la Slovaquie, voici la suite (et fin) de cette aventure enneig√©e.¬†Au programme : un atelier chez des Scouts, la visite d’un centre social et la d√©couverte d’un jeu Polonais (!).

Des scouts et du jeu ?

L’objectif de l’atelier √©tait de faire cr√©er des jeux √† un groupe de Scouts. Certains √©taient en train de devenir animateurs scouts et cet atelier leur aurait donn√© un outil suppl√©mentaire pour des animations √† venir. De plus, le groupe a longtemps √©t√© avec Geoffrey (mon h√īte f√©ru de jeux de soci√©t√©) et ont d√©j√† √©t√© largement initi√©s aux jeux de soci√©t√© : ils ont pu en tester beaucoup et √©taient contents de pouvoir cr√©er le leur.

C’√©tait donc un public √† la fois si proche et si diff√©rent de l’atelier du matin…¬†Proche, parce que les participants avaient √† peu pr√®s le m√™me √Ęge (en moyenne). Diff√©rent pour deux raisons : ils √©taient davantage initi√©s au jeu de soci√©t√© gr√Ęce √† Geoffrey, mais surtout ils n’√©taient pas dans un cadre scolaire. Et croyez moi, la diff√©rence a √©t√© √©norme !

DSCN1530

Et ce n’est pas qu’une histoire de bandeau…

La barri√®re de la langue s’est davantage faite sentir : si la plupart des scouts comprenaient un peu l’anglais, beaucoup √©taient assez effray√©s √† l’id√©e de le parler et pr√©f√©raient parler en Slovaque. Geoffrey faisait certes l’interm√©diaire, mais alors la langue d’usage √©tait le Slovaque, ce qui ne m’arrangeait pas pour cr√©er un lien avec les participants !¬†Je pense que cette contrainte est assez naturelle, mais je n’ai pas eu l’occasion de le sentir lors des autres ateliers : soit les participants pouvaient parler sans crainte en fran√ßais ou en anglais, soit le cadre scolaire les poussait √† se forcer (parfois tant bien que mal). J’aurais pu me d√©brouiller pour dire quelques mots en Allemand, mais j’√©tais tr√®s d√©muni en Slovaque.

Autre petit b√©mol : nous avons pass√© pas mal de temps sur le jeu (et non la cr√©ation) car c’√©tait assez difficile de canaliser le groupe. Probl√®mes de langue, cadre non scolaire, p√©riode peu propice (beaucoup sortaient tout juste de cours !) : tout cela est finalement assez logique et pas bien grave ! Cependant, j’ai eu peur que nous ne puissions pas aller bien loin.

DSCN1539

Ce qui n’a pas emp√™ch√© l’atelier de se d√©rouler !

Les M√©canicartes √©taient aussi assez difficiles √† appr√©hender. Je me suis rendu compte qu’elles n’√©taient pas adapt√©es √† tous les publics de par leurs textes parfois assez complexes. Comme quoi, on ne fait jamais assez de playtests.

Mais finalement, l’atelier s’est d√©roul√©. Nous avons jou√© √† diff√©rents jeux – notamment WINK que j’√©tais content de pouvoir sortir en atelier, l’occasion ne s’√©tant pas assez pr√©sent√©e √† mon go√Ľt ces derniers temps. Puis l’analyse s’est d√©roul√©e sans grand probl√®me. Nous avons fait tr√®s succinctement l’ajout de r√®gles car je voulais laisser assez de temps pour la cr√©ation de prototype – surtout au vu du temps un peu large que nous avons consacr√© au jeu. L’adaptation, il n’y a que √ßa de vrai !

 

 

DSCN1567

On n’est pas habitu√© √† ce genre de cadre !

Au final, deux groupes ont produit deux jeux très différents. Le premier groupe incluait Geoffrey et a donné un jeu de gestion de ressources entre différentes planètes. Il leur a malheureusement été difficile de concrétiser un prototype simple de par la complexité de leur idée initiale, mais nous avons tout de même pu tester une première version !

Le second groupe a lui choisi de faire quelque chose de tr√®s diff√©rent en formalisant une variante du Chamboule tout.¬†Plusieurs canettes sont r√©parties dans l’espace de jeu et un lancer de d√© initial indique quelle canette doit √™tre d√©gomm√©e par le joueur. Au fur et √† mesure du d√©gommage, les joueurs remplissent des jauges correspondant aux canettes d√©gomm√©es. Le concept assez original fonctionnait bien.

DSCN1575

D√©gommage de canettes…

 

Un après-midi dans un centre social

Le mardi √©tait consacr√© √† une petite visite de Luńćenec. Je n’ai malheureusement pas r√©ussi √† prendre de clich√© int√©ressant de cette petite ville – difficile de s’improviser photographe sans exp√©rience pr√©alable dans le domaine. “N’importe qui peut √™tre photographe”… ben non, et surtout pas moi ūüôā

L’apr√®s-midi √©tait consacr√© √† la visite d’un centre social. Geoffrey y avait travaill√© l’an pass√© et avait instaur√© une apr√®s-midi hebdomadaire de jeux de soci√©t√© pour tout public. La tradition a √©t√© perp√©tu√©e, et un public effectivement vari√© est venu tester des jeux assez divers. J’avais pour ma part apport√© Skull & Roses et 6 qui prend.

DSCN1596

Tous les √Ęges – et m√™me de la guitare derri√®re !

 

Ce qui a retenu mon attention, c’est que ce genre d’initiative fonctionne effectivement. Rien ne pr√©disposait ce centre √† accueillir des jeux de soci√©t√© dans une petite ville comme¬†Luńćenec : pourtant l’id√©e a √©t√© appr√©ci√©e par les g√©rants et perp√©tu√©e sur plus d’un an. Il suffit parfois d’une petite √©tincelle (et d’un porteur de projet !) pour procurer du plaisir √† tous par le jeu !

 

Mysterium, mélange de Dixit et Cluedo

Lors du voyage, j’ai eu l’occasion de tester de nombreux jeux de soci√©t√©, de l’obscur (mais tr√®s chouette) Canterbury au tr√®s prim√© Camel Up !. La Slovaquie n’a pas fait exception, et Geoffrey m’a permis de tester de nombreux jeux qui m’√©taient inconnus tels que Room 25 ou Le petit prince. Cependant, un jeu m’a particuli√®rement marqu√© : Mysterium.

Jeu polonais, originellement nomm√©¬†Tajemnicze Domostwo et publi√© par Portal Games, Mysterium n’est rien de plus qu’un m√©lange entre Dixit et le Cluedo.¬†Oui .

Image tirée de BoardGameGeek

Dans ce jeu coop√©ratif, un joueur incarne le fant√īme du propri√©taire d’une vaste maison, assassin√© il y a fort longtemps. Son tueur n’ayant jamais √©t√© identifi√©, l’√Ęme errante n’est certainement pas apais√©e et rend la maison inhabitable (vous avez vu Casper ?). Les autres joueurs incarnent des enqu√™teurs-exorcistes dont la t√Ęche sera d’identifier les indications du fant√īme dans un temps limit√©.

Oui mais voil√†, le fant√īme ne peut pas parler (vous avez suivi ? C’est un fant√īme…). Il devra donc communiquer avec les enqu√™teurs par le biais de r√™ves pour leur permettre de trouver la v√©rit√©.

Le joueur-fant√īme choisit une combinaison “lieu-personne-arme” pour chaque enqu√™teur au d√©but de la partie. Un de ces trios est le “vrai”, mais chaque enqu√™teur va devoir trouver ses trois composantes pour permettre de d√©nouer le myst√®re.¬†Pour faire deviner aux enqu√™teurs quelles sont ses cartes, le fant√īme envoie des cartes “r√™ves” pleines de d√©tails √† chaque enqu√™teur. Aux joueurs de coop√©rer pour d√©nouer ce que le fant√īme a voulu dire.

Mysterium r√©ussit donc √† utiliser finement le m√©canisme de Dixit en adoucissant son probl√®me principal (l’avantage de conna√ģtre le narrateur en amont) par sa composante coop√©rative. Bref, on s’est bien amus√©s et le jeu rejoindra certainement ma ludoth√®que √† l’avenir…

Quel est le prochain pays ?

C’est √† vous de me dire !

Il me reste encore plusieurs articles √† √©crire. Lequel voudriez-vous que j’attaque le premier ? Laissez moi un commentaire ou √©crivez un petit mail ! Un sondage a √©galement √©t√© mis en place sur la page Facebook.

Voici les possibilités :

–¬†Cracovie : un atelier dans un bar de jeux de soci√©t√©, un jeu sur le f√©minisme et le¬†march√© de No√ęl;

–¬†Varsovie : une semaine d’ateliers dans une √©cole, un centre de d√©couverte scientifique et un ludoth√©caire mobile passionn√©;

–¬†Ljubljana : des ateliers dans l’√©cole fran√ßaise, une petite capitale pleine de charme et une immense mine de mercure.

Advertisements

Slovaquie – de la neige et du scoutisme (partie 1)

(An English version is coming… later !)

Pour ce premier article de janvier, je vous souhaite √† tous une excellente ann√©e 2015, pleine de jeux et de voyages… ou juste de bonheur ! De mon c√īt√©, beaucoup de choses sont pr√©vues cette ann√©e sur le projet Ludi Vojago, loin d’√™tre termin√© bien au contraire.

Mais j’aurais bien l’occasion d’y revenir plus tard. Pour le moment, je vous propose plut√īt de revenir sur les diff√©rentes exp√©riences des mois pass√©s. Aujourd’hui, faisons un petit d√©tour par la Slovaquie.

Oui, mais o√Ļ en Slovaquie ?

A Luńćenec.

Vous voil√† bien avanc√©s n’est-ce pas ?¬†N’ayant aucune connaissance particuli√®re concernant la Slovaquie, ce fut ma r√©action lorsque l’on m’a propos√© de passer dans cette ville. Alors, que peut-on dire sur¬†Luńćenec ?

– Selon Wikip√©dia : d√©mographiquement,¬†Luńćenec compte environ 28000 habitants, ce qui en fait la 25√®me ville du pays.

– Situ√©e tout pr√®s de la fronti√®re sud de la Slovaquie, la ville a¬†√©t√© annex√©e quelques ann√©es par la Hongrie. Pourtant, il n’y a √† l’heure actuelle pas de connexion de bus √† cause de certaines tensions frontali√®res.

– La ville ne comporte pas d’universit√©s : on y na√ģt, on en part pour √©tudier ailleurs (par exemple √† la ville de¬†Banska Bystrica non loin, ou encore √† KoŇ°ice voire¬†tout simplement √† Bratislava), parfois on revient.

DSCN1583

Un environnement dans lequel je n’aurais jamais pens√© passer, mais n’est-ce pas ce qui fait le charme d’un voyage ?

Pourquoi¬†Luńćenec ?

Pour la meilleure raison possible : partir √† la rencontre d’une personne int√©ress√©e par mon atelier ! Gr√Ęce √† la mise en relation de Thibaut Quintens (from Let’s play together), nous avons pu √©changer par mail avec Geoffrey, belge, ludophile, scout et enseignant de langues √† Luńćenec. Int√©ress√© par ma d√©marche, il m’a propos√© de passer dans cette ville pour y donner deux ateliers, respectivement avec des lyc√©ens et des scouts.

2 ateliers de 3h √©taient donc pr√©vus : l’un dans un cadre scolaire en remplacement d’un cours de langue avec des jeunes non initi√©s aux jeux, l’autre dans un cadre extra scolaire volontaire aupr√®s d’adolescents d√©j√† bien initi√©s au jeu par Geoffrey qui a organis√© moult actions ludiques √† Luńćenec. √āges similaires, contraintes diff√©rentes !

Matin : 3h de cours pas comme les autres

L’atelier du matin a remplac√© un cours d’anglais aupr√®s de deux groupes d’adolescents slovaques m√©lang√©s pour l’occasion : un groupe de plut√īt bon niveau et un groupe de niveau plus faible. L’occasion pour eux de pratiquer l’anglais diff√©remment et l’occasion pour moi de pratiquer mon atelier dans un cadre linguistique un peu diff√©rent :¬†je connais autant le slovaque qu’ils connaissent le fran√ßais !

DSCN1478

Un autre d√©fi se pr√©sente : jusqu’√† pr√©sent, je n’ai pr√©sent√© mon atelier dans un cadre scolaire √† des √©l√®ves de plus de 10 ans ! L’atelier allait-il marcher avec des adolescents, public aux attentes tr√®s diff√©rentes des enfants ? Un seul moyen de le savoir : essayer.

Première heure : présentation et jeu

Au d√©but, il est important de clarifier les choses. Geoffrey, pr√©sent lors de la journ√©e, a bri√®vement introduit le contenu de l’atelier avant de me passer la main. Une petite pr√©sentation pour lever la confusion ambiante et on est partis pour jouer ! Outre l’int√©r√™t social √©vident du jeu, l’objectif est aussi de disposer d’une base de travail pour la suite de l’atelier.

DSCN1471

Comme souvent, j’ai sorti Dobble et Zombie Dice. Les jeunes connaissaient d√©j√† Dobble, ce que j’ai pu observer de nombreuses fois au cours du voyage – mais ne connaissaient pas Zombie Dice (ce qui est plut√īt classique aussi…). On se r√©partit en deux groupes, Geoffrey anime Dobble, j’anime Zombie Dice, on joue un peu, on rigole on inverse les jeux, et soudain une heure est d√©j√† pass√©e. H√© oui, le temps passe vite quand on s’amuse.

La premi√®re pause sonne. Des √©l√®ves me demandent s’ils peuvent jouer √† Zombie Dice pendant la pause. Je crois que cette premi√®re heure est un succ√®s. Ouf !

Deuxième heure : analyse et nouvelles règles

La deuxi√®me partie de l’atelier consiste √† analyser les jeux puis inventer de nouvelles r√®gles gr√Ęce aux M√©canicartes. Cette partie est naturellement plus ardue car sortant de la zone de confort des participants. M√™me quand on ne joue plus chez soi – quelles que soient les raisons ! -, on a une exp√©rience de jeux pass√©s, on sait ce qu’on va faire. Jouer a quelque chose de fondamentalement naturel, quelles que soient les obstacles sociaux qui soient oppos√©s √† l’acte du jeu.¬†Mais d√©cortiquer des jeux, en¬†cr√©er ? M√™me si on le fait toujours un peu inconsciemment, c’est une autre paire de manches de devoir le faire dans un cadre formel, surtout dans un contexte scolaire.

Cette partie a d’ailleurs √©t√© un peu plus laborieuse. Le groupe au niveau moindre a eu quelques soucis pour comprendre toutes les M√©canicartes en anglais et s’en servir pour analyser Dobble, √† cause notamment de formulations un tantinet trop formel. Mais tout le monde a fini par s’en sortir, et les deux groupes ont pr√©sent√© leurs trouvailles r√©ciproques, provoquant quelques r√©actions et d√©bats sur les cartes ambigu√ęs.

DSCN1488

Geoffrey et moi avons un peu assist√© les groupes quant √† la conception de nouvelles r√®gles. Le d√©fi est de permettre aux groupes d’exprimer leur cr√©ativit√© : il ne faut pas les √©touffer, mais il ne faut pas les laisser sans id√©es non plus en cas de blocage. Un exercice d’√©quilibriste int√©ressant qui a visiblement port√© ses fruits, car les groupes ont trouv√© des variantes aux jeux.

Dobble + Bluff a donn√© la variante “on pose une carte en disant le mauvais symbole”. Zombie Dice + Cubes a engendr√© l’utilisation de petits cubes pour d√©clencher des “pouvoirs” de relance de d√©s. Pas mal, malgr√© le d√©roulement un peu laborieux !

Avant la pause¬†de la deuxi√®me heure, j’annonce la couleur : la troisi√®me heure sera consacr√©e √† la cr√©ation d’un prototype √† part enti√®re avec une division en 3 groupes (m√©langeant les niveaux). Cons√©quence : apr√®s la cr√©ation des groupes, certains commen√ßaient d√©j√† √† profiter de la pause pour regarder le mat√©riel mis √† disposition et discuter du jeu qu’ils allaient faire. √áa s’annonce bien…

Troisi√®me heure : cr√©ation d’un prototype

Et nous y voil√†. Trois groupes de 3 √† 5 jeunes, du mat√©riel, 45mn et une distribution de cartes progressive. Au contraire des ateliers pr√©c√©dents, j’ai choisi de donner les cartes une par une avec 5mn d’intervalle entre chaque cartes. Cela permet ainsi aux groupes de se focaliser sur une carte dans un premier temps et d’int√©grer les contraintes progressivement.

DSCN1502

Et vous savez quoi ? Cette partie s’est bien¬†mieux pass√©e que la seconde partie. Pourtant, elle √©tait moins cadr√©e : j’ai simplement donn√© quelques contraintes de temps (“vous avez 30mn” pour laisser du temps aux tests entre les groupes et “pensez prototype” pour permettre d’effectivement pouvoir cr√©er quelque chose), et nous passions avec Geoffrey pour voir o√Ļ en √©taient les groupes. J’ai pr√©f√©r√© ne pas passer trop de temps sur la th√©orie pour laisser un temps raisonnable (d√©j√† limit√©) et √† cause des potentiels soucis linguistiques.

DSCN1510

Au final, les jeunes ont cr√©√© un jeu type “jeu de l’oie” avec des cases sp√©ciales, un jeu de parcours en duel o√Ļ un joueur doit emp√™cher un autre d’amorcer des roquettes en retenant des codes de d√©tonation en un temps limit√©, et un autre jeu de l’oie √† cases sp√©ciales. Une th√©matique assez “parcours” donc. Les jeunes ont ensuite du tester les jeux d’un autre groupe, puis le cours s’est termin√©. J’aurais bien aim√© pouvoir revenir sur les jeux produits pour les analyser, mais j’ai manqu√© de temps…

Bilan

Au final, l’atelier a √©t√© v√©cu avec un certain enthousiasme par la plupart des jeunes, en particulier lors du jeu et de la cr√©ation du prototype. Les trois heures d√©coup√©es par les pauses √©taient un peu courtes mais le timing a √©t√© respect√©. Certains jeunes ont spontan√©ment √©crit les r√®gles de leur jeu en anglais, ce qui ajoutait un exercice linguistique √©crit aux √©changes oraux avec Geoffrey et moi-m√™me.

Bref, c’√©tait plut√īt bien…

Le prochain article portera sur la deuxième partie de la journée, avec les scouts cette fois !